Le kamishibaï à travers les âges…

Le kamishibaï serait apparu au coin d’une rue de Tokyo, dans le quartier de Shitimachi, vers 1930.

Le kamishibaï puise à de multiples sources, les emaki, rubans dessinés des moines bouddhistes du VIIIe siècle, l’e-toki, conte illustré, l’ukiyo-e, le théâtre kabuki, le kibyoshi, livre à couverture jaune, le manga d’Hokusai, le théâtre de marionnettes, la lanterne magique et le cinéma, dont le succès en ce début du XXe sièble oblige des milliers d’artistes du théâtre d’ombres à se reconvertir dans un genre nouveau. C’est alors que naît le kamishibaï sous sa forme actuelle.

Les bibliothèques de Clamart et de la Chaux-de-Fond découvrent le kamishibaï à la fin des années 1960 et se font les promotrices de ce mode narratif bien particulier.

En 2000, les éditions Callicéphale publient leur premier titre, De l’eau seulement de l’eau. Les débuts sont difficiles et c’est en 2006 que la parution de Sushi signe le succès du kamishibaï en France. D’autres éditeurs participent à ce renouveaux: Grandir, Lirabelle, Âne bâté, Auzou, Passiflores… En Italie, en Suisse, en Hongrie ou en Pologne, aux Pays-Bas et aux États-Unis, mais aussi dans les pays en voie de développement, l’offre éditoriale s’étoffe, accompagnant un mouvement désormais mondial.

 

Callicéphale éditions

3 place Arnold
67000 Strasbourg
Tél : 06 46 41 09 00
editions@callicephale.fr